Annie Cosseau
Conseillère en Relations Humaines
Développement Personnel
Annie Cosseau
Conseillère en Relations Humaines
Développement Personnel

LA ROCHELLE

Actualités

J’ai pu constater que vous vous intéressez particulièrement à mes écrits sur les manipulateurs et autres personnalités toxiques,  et je vous remercie de votre intérêt,  c’est pourquoi je vais donc continuer à vous transmettre des informations sur ces sujets.

La plupart des faits de violences conjugales sont perpétrés par des personnes toxiques, perverses  c’est pourquoi je vais débuter par vous faire un topo de ce qui a été initialisé par le Grenelle des violences conjugales, lui-même créé par la pression des féministes, et qui s’est terminé le  25 Novembre dernier. (Même si je sais en tant que thérapeute qu’il y a aussi de la perversité chez les femmes et que des hommes en pâtissent dans le cadre de violences conjugales mais les statistiques, même si ce ne sont que des chiffres, sont bien trop éloquents dans ce cadre là…) 

Toutefois, au regard des 151 féminicides de 2019 et du nombre de victimes collatérales,  peu de choses ont vu le jour hormis quelques  initiatives dans certains endroits dont la liste ci-dessous n’est bien sûr  pas exhaustive :

Et surtout un nouveau texte a vu le jour en fin d’année dernière :

  • La loi n°20191480 du 28 Décembre 2019 visant à agir contre les violences faites aux femmes modifiant certains articles du Code Civil traitant en particulier de l’ordonnance de protection  et de la médiation familiale, de l’élargissement du port  du bracelet  antirapprochement, de l’accès au logement pour les victimes, du téléphone grave danger,  https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000039684243&categorieLien=id

Alors avec une nouvelle loi, pourtant il y avait déjà la loi n°2010-769 du 9 Juillet 2010 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000022454032&categorieLien=id

Relative aux violences faites aux femmes  aux violences au sein des couples et aux incidences de ces derniers sur les enfants,

On peut ou on devrait s’attendre à beaucoup moins de classement de plaintes sans suite (rappel 80 % de plaintes classées sans suite).

Nous débutons l’année 2020 avec pour le mois de Janvier au moins 11 femmes décédées recensées selon l’organisation Nous toutes et les médias.

Ce sont des chiffres bruts qui n’évoquent pas :

  • les autres cas de violence physique et psychologique avec ou sans plainte,
  • les plaintes classées sans suite,
  • les violences post conjugales qui perdurent,
  • les suicides des victimes qui n’en peuvent plus,
  • les victimes collatérales que sont les enfants et les familles
  • les victimes abîmées à vie physiquement et psychologiquement voire handicapées
  • les enfants délaissés psychologiquement et qui auront beaucoup de mal à se construire et qui deviendront des adultes, mais dans quel état…

Alors des questions se posent :

Quel coût pour la société ? (Puisqu’on ne parle plus que de coût) 

Pourquoi s’il y a un coût élevé laisse- t’on faire de tels agissements alors qu’on n’évoque que des économies dans tous les secteurs ?

Etc…

 


Articles similaires

Derniers articles

Inscription à la Newsletter

Envoyé !

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion